Planète CSE

SPLEEN DE L’ENTREPRISE : Et si la QVT était la solution ?

Les entreprises sont concentrées sur la gestion immédiate de la crise sanitaire. Le 2e confinement est très différent du 1er. Brutale, la première période nécessitant des adaptations, une agilité nécessaire à la survie des entreprises, était porteuse d’espoir de disparition définitive du virus. La 2e est plus complexe à gérer : les salariés sont en proie à une baisse de moral, une démotivation car nous avons appris que nous allions devoir vivre avec la Covid-19. Et si la QVT apportait des solutions positives à ces problématiques variées ?

Par Matthieu Petit, fondateur du cabinet Éose

Pour comprendre son caractère indispensable durant une telle période, il nous faut répondre à 2 idées reçues. La QVT serait longue à mettre en œuvre, complexe et non essentielle.

Loin de se résumer au divertissement des employés et à un axe bien-être, babyfoot et yoga, la QVT risque fort d’être inutile avec des salariés en télétravail. L’année 2020 aura démontré la limite des activités bien-être au bureau dans un contexte de travail à distance et de respect des gestes barrière.

Lever les objections sur la QVT

La finalité d’une démarche QVT englobe l’obligation de l’employeur de préserver la santé et la sécurité de ses employés donc la prévention des risques professionnels ; le confort de travail soit l’amélioration des conditions de travail sur les plans matériel, organisationnel et humain et enfin ce qui est transversal et améliore bien-être et satisfaction des employés au niveau individuel et collectif

La QVT répond ainsi à une partie de la responsabilité sociale des entreprises (RSE). Mais surtout la démarche QVT concertée de l’entreprise définit les ordres de priorités, anticipe les éventuelles crises à venir et lui permet une mise en place cohérentes des actions et d’emporter les suffrages des membres de l’entreprise.

« La santé pendant l’épidémie, c’est logique. Mais le reste peut attendre. J’ai d’autres choses plus urgentes à gérer et surtout je perds du temps et de l’argent… », pourrait dire un employeur ou un salarié.

Pourtant, l’anticipation (via un plan de continuité d’activité, une charte télétravail…) fait partie de la démarche QVT, fait gagner du temps et de l’argent.

Les bénéfices de la QVT sont nombreux : santé et sécurité des travailleurs, hausse de productivité, valorisation de l’image de l’entreprise et de sa marque employeur par les salariés auprès des médias, climat social serein, modernité, facilité à faire face aux imprévus et urgences. Elle développe l’esprit d’entreprise en favorisant la cohésion. Le ROI des démarches QVT peut s’évaluer en direct à x2,2 et peut aller au-delà des x20 en indirect. En effet, source d’innovation forte dans la gestion de projet, elle représente un levier de performance. En fait, appliquer une démarche QVT à la mise en place d’un projet d’entreprise comme réorganiser le travail en période confinement revient à appliquer une méthode de management de projet à part entière.

L’effort requis par la mise en place de la QVT peut conduire un employeur à la repousser sans cesse. Dans ce cas, il ne trouvera jamais le bon moment pour la préparer et la lancer, en période de crise ou non. C’est pourtant en période de crise que l’on déduit immédiatement l’intérêt de le faire. Car la baisse d’activité se prête à une telle préparation et à la consultation des intéressés. Lorsque le quotidien est bouleversé, que l’organisation entière est revue, c’est le moment idéal pour refondre complètement la politique générale de l’entreprise et lancer une réforme d’envergure intégrant la QVT. Et ceci d’autant plus dans les entreprises où le changement est difficile, les habitudes bien ancrées.

Évidemment, ceci nécessite d’avoir la volonté d’entrer dans la modernité et de ne pas rester sur le quai en regardant le train s’éloigner. En tout cas, l’effort demandé ne peut qu’être payant. Si le patron manque de temps et de compétences en interne pour cette évolution, des cabinets spécialisés peuvent l’accompagner. C’est un vrai métier !

« COVID ZEN »
Un audit proposé par Éose

Covid Zen fournit à la fois les mesures de prévention réglementaires pour lutter contre la propagation du virus, un niveau de conformité avec le dernier protocole national sanitaire pour les entreprises et un outil de suivi en autonomie. Avec cet audit, Éose répond à 3 grandes notions : état des recommandations réglementaires, état de l’existant dans l’entreprise, outil de suivi. Adaptée à la période de crise sanitaire, la mise en place de l’audit est rapide et respecte les normes sanitaires. Il suffit de contacter l’équipe d’Éose pour définir un RDV à distance. La démarche dure une semaine et comprend un entretien pour l’état des lieux (1 h 30), une formalisation du cabinet pour constituer un dossier de synthèse et une restitution du dossier (environ 30 minutes).
Publicités

Semaine de 4 jours : plus de la moitié…

De plus en plus d’entreprises expérimentent la semaine de 4 jours pour le plus...
marinelayani@socialcse.fr Marine
39 sec. de lecture

Agents publics : une consultation est lancée sur leurs…

Le ministre de la Transformation et de la Fonction publique Stanislas Guerini a lancé...
marinelayani@socialcse.fr Marine
41 sec. de lecture

QVCT : 50 000 travailleurs de 35 pays sondés…

Eurofound lancera la prochaine édition de son enquête européenne sur les conditions de travail...
marinelayani@socialcse.fr Marine
44 sec. de lecture